Art.34 ( 07 juillet 2004)

LES ACCIDENTS DOMESTIQUES

Près de trois fois plus meurtriers (lethal) que les accidents de la route, les accidents domestiques tuent chaque année, en France, près de 20 000 personnes.

1. Alors que l'été arrive et que les campagnes pour la prévention routière recommencent pour sensibiliser les automobilistes aux dangers de la conduite, on semble un peu oublier que les accidents domestiques sont la cause chaque année de bien plus de décès! Même si en quinze ans on a constaté une baisse d'environ 4 000 morts, avec le vieillissement (n.m. the ageing) de la population et le développement des activités de loisirs, les accidents domestiques sont amenés (are bound to) à se multiplier.
Si on peut savoir combien de personnes sont effectivement mortes à la suite (as a result of) d'un accident survenu (v.gr.3 to occur) soit chez elles soit dans une activité à l'extérieur de leur domicile (n.m. home), il est plus difficile de recenser les accidents qui n'ont pas entraîné la mort mais qui ont pourtant laissé des séquelles invalidantes. Certains enfants ou adolescents se retrouvent parfois handicapés pour le restant de leurs jours à la suite d'un accident chez eux ou sur un terrain de sport.

2. Ce sont les chutes qui sont les plus fréquentes, quel que soit (whatever) l'âge, avec toutefois deux pics : avant un an et à partir de 65 ans.
Plus de 12 à 15% des enfants sont victimes chaque année d'un accident. Plus de la moitié nécessitent (v.gr.1 to require) des soins (n.m. the care) médicaux, 15% seront hospitalisés et entre 1 et 2% garderont des séquelles (psychomotrices, esthétiques ou fonctionnelles).
C'est à l'intérieur de la maison, principalement dans la cuisine (n.f. the kitchen), que la plupart des accidents domestiques ont lieu (80%) , et ce sont les plus jeunes enfants qui sont le plus exposés (plus de la moitié des enfants de 0 à 16 ans) : produits ménagers (for the house) ou médicaments accessibles (intoxications), chaise haute non sanglée (v.gr.1 to strap), table à langer (v.gr.1 to put a nappy on) instable (chutes), ustensiles de cuisine mal positionnés au cours de la cuisson des aliments (brûlures (n.f. the burn)).
La salle de bain, de même que la piscine non entourée d'une barrière de protection, présentent un risque évident de noyade.
Les bambins (n.m. the toddler) entre 18 mois et 3 ans sont dans la période de découverte de leur univers, et courent beaucoup de risques!
Ne pensez pas que seuls les enfants hyperactifs sont exposés! Un enfant rêveur (dreamy) ou souffrant de carence (n.f. the deficiency) affective aura parfois tendance à prendre des risques excessifs.
Les garçons, de nature plus casse-cou (n.m. the daredevil) que les filles, finissent plus souvent à l'hôpital!

3. De 10 à 25 ans, le lieu de concentration des accidents passe de la maison aux aires (n.f. the area) de sports et de loisirs, et les deux sexes sont à égalité devant les lésions (contusions (n.f. the bruise), plaies ouvertes, fractures, entorses)! Pour les hommes toutefois, ce phénomène se poursuit jusqu'à 35 ans. Besoin de paraître aux yeux des femmes?!
Selon les activités les bobos seront différents. Le ménage ou le bricolage sont responsables de plaies (n.f. the wound) ouvertes (vous connaissez sûrement quelqu'un qui s'est blessé en coupant le rôti avec le couteau électrique ou en tondant (v.gr.3 to mow) la pelouse, non?), alors que le sport ou l'école engendrent en général des fractures ou des entorses.

4. Avec l'âge, la fréquence des accidents décroît jusqu'à 70 ans. Après, ce sont les femmes, plus exposées à l'ostéoporose, qui sont les premières victimes (plus de 70% des accidents). Les fractures sont souvent le résultat de chutes dans la maison et sont dues à une baisse de la vue (n.f. the sight), une perte de l'équilibre (n.m. the balance), ou encore des malaises (n.m. the dizzy spell) ou des problèmes cardiaques. Lorsque le col de fémur est cassé, les conséquences peuvent être désastreuses : 20 à 30% des victimes meurent dans l'année qui suit l'accident et 50% des blessés perdent leur autonomie et sont souvent obligés d'abandonner leur domicile pour être pris en charge dans une maison de retraite (n.f. the nursing home).

5. Dans la plupart des cas, les accidents domestiques pourraient pourtant être évités! Ranger (v.gr.1 to put away) hors de portée (out of reach) des enfants, les produits dangereux et les médicaments, les objets tranchants (sharp), éloigner les ustensiles de cuisine (couteaux (n.m. the knife), casseroles (n.f. the pan) chaudes) des petites mains, protéger les prises de courant (n.f. the socket) pour éviter que les petits doigts (n.m. the finger) ne s'y enfilent (v.gr.1 to slide in), surveiller les bambins dans leur bain, ne pas laisser bébé seul sur la table à langer, mettre des barrières aux escaliers et aux piscines, et.... expliquer aux enfants le danger!
Et pour les grands : ne pas sous estimer les risques liés au sport, ni à l'utilisation d'un outillage (n.m. the set of tools) de plus en plus sophistiqué (perceuse (n.f. the drill), tondeuse (n.f. the mower), scie (n.f. the saw) électriques, donc très rapides et parfois difficiles à contrôler!)
Eclairer suffisamment la maison et prévoir des points d'appui (n.m. the support) pour les personnes âgées, éviter les tapis (n.m. the carpet) qui glissent sur les parquets (n.m. the wooden floor) et préférer un revêtement anti-dérapant (non slip)!

La campagne menée depuis 2003 pour la sensibilisation aux accidents de la route a porté ses fruits puisque les décès sont en baisse. Peut-être serait-il temps de s'attaquer avec la même vigueur au problème des accidents domestiques!

ENEFF 2003