Art.16 (15 oct. 2003)

Les PRIX NOBEL

Les lauréats 2003 sont maintenant tous connus. Ils attendent la cérémonie officielle du 10 décembre pour recevoir leur prix.

1. Le 10 décembre 1896, Alfred Nobel mourait d'une hémorragie cérébrale à San Remo, Italie. L'année précédente, ce brilliant homme de science suédois avait rédigé son testament (n.m. the will) et légué sa fortune à un Prix annuel pour récompenser "d'importantes découvertes et inventions" avec des effets bénéfiques pour l'humanité.
Né à Stockholm en 1833 dans une famille d'ingénieurs, Alfred Nobel a inventé la dynamite en 1866 et créé de nombreuses sociétés et laboratoires dans 20 pays partout dans le monde. Il possédait (v.gr.1 to own) à lui seul plus de 350 brevets (n.m. the patent)! Mais ce scientifique était aussi un littéraire, auteur de poèmes et d'oeuvres dramatiques, ce qui explique sans doute l'attribution d'un prix réservé à la littérature.

2. Les prix Nobel sont attribués (v.gr.1 to award) chaque année depuis 1901, sur sélection par un jury, et concernent la Physique, la Chimie, la Médecine, la Littérature et la Paix. En 1968, la Sveriges Riksbank (Banque de Suède) a institué un prix en Sciences économiques, à la mémoire de ce chercheur (n.m. the researcher) et bienfaiteur (n.m. the benefactor).
Souvent un prix récompense (v.gr.1 to reward) les travaux d'une personne, mais il peut aussi revenir à une organisation (surtout pour le prix de la Paix) ou à plusieurs personnes travaillant sur le même sujet. Dans les premières années, plus de trois personnes pouvaient se partager (v.gr. 1 to share) un prix, mais les conditions ont changé en 1968, fixant le maximum des récipiendaires à trois.
Un prix pouvait être attribué à titre posthume, si la nomination était faite avant le 1er février de la même année, mais depuis 1974, le prix ne peut aller à une personne décédée qui a été désignée pour le prix (habituellement en octobre), que si elle meurt avant la cérémonie officielle de remise des prix du 10 décembre de la même année.
C'est l'Académie Royale des Sciences de Suède qui choisit les lauréats des prix de Physique, Chimie, Médecine, Littérature et Sciences économiques. Le Prix de la Paix, lui, est sélectionné par le Comité Nobel Norvégien. Les prix sont remis le même jour. Les premiers (n.m. the former), à Stockholm par le Roi de Suède, le dernier (the latter), à Oslo par le Président du Comité Nobel Norvégien.

3. Les prix les mieux connus du grand public sont indéniablement (undeniably) ceux de Littérature et de Paix.
En 2003, le Prix Nobel de Littérature a été remporté par l'écrivain (the writer) sud-africain John Maxwell Coetzee. Auteur d'une dizaine (ten or so/about ten) de romans (n.m. the novel)* traduits dans 25 langues, il a déjà reçu deux fois le prestigieux Booker Prize (l'équivalent du Prix Goncourt en France) (en 1983 et en 1999). La France se défend (v. se défendre gr.3 to get by) bien dans cette catégorie, avec 13 prix! Parmi les écrivains célèbres, citons André Gide, François Mauriac, Albert Camus ou encore Jean-Paul Sartre.

4. Le Nobel de la Paix revient cette année à une femme! Ce n'est pas la première fois qu'une femme est ainsi honorée (c'est en fait la 11ème), mais Shirine Ebadi, Iranienne, est la première musulmane à recevoir le Nobel de la Paix. Elle a été récompensée pour «ses efforts en faveur de la démocratie et des droits de l'homme» (n.m. the human rights), et plus particulièrement pour son engagement (n.m. the commitment) concret en faveur des droits des femmes et des enfants.
Ce prix que beaucoup convoitent (v.gr.1 to covet) a souvent suscité (v.gr.1 to arouse) des critiques! Et encore aujourd'hui, beaucoup se demandent pourquoi Gandhi qui, tout le monde en convient (v.gr. 3 to agree on sth), a consacré sa vie à la paix, ne l'a jamais eu!
Les discussions autour de sa nomination ont été si agitées que le Comité a finalement décidé de ne pas attribuer le prix de la Paix cette année-là! C'était en 1948.
La France, elle, s'enorgueillit (v.gr.2 to pride oneself on sth) de 9 lauréats de la Paix. Peut-être avez-vous lu leur nom sur les plaques (n.f. the plate) des rues? Aristide Briand, Léon Jouhaux, Albert Schweitzer..... ou connaissez-vous un lycée qui porte leur nom?

5. Mais ces deux prix connus de tous ne doivent pas faire oublier (v.gr.1 to forget) les travaux des scientifiques récompensés chaque année, et dont la recherche est indispensable au progrès!
En 2003, nous saluerons, en Physique : Alexei A. Abrikosov (EU et Russie) , Vitaly L. Ginzburg (Russie) et Anthony J. Leggett (EU); en Chimie : Peter Agre (EU) et Roderick MacKinnon (EU); en Médecine : Paul C. Lauterbur (EU) et Sir Peter Mansfeld (GB); et finalement, en Sciences économiques : Robert F. Engle (EU) et Clive W.J. Granger (GB).
La France n'a pas que des esprits littéraires, puisque nous comptons 11 Prix Nobel de Physique, 7 de Chimie, 8 de Médecine et un d'Economie.

6. Ne semble-t-il pas étrange qu'il n'y ait pas de Nobel de Mathématiques?
Alfred Nobel ne s'intéressait pas particulièrement à cette discipline, mais l'oubli (n.m. the oversight) est aujourd'hui réparé (v.gr.1 to rectify) puisque (since , as a cause), en 2002, le gouvernement norvégien a décidé de créer le premier prix Abel de mathématiques pour célébrer le 200ème anniversaie de la naissance de l'un des plus grands mathématiciens norvégiens : Niels Henrik Abel.
Ce prix a été remis pour la première fois en juin 2003 à........ un Français : Jean-Pierre Serre!

7 . Dans moins de 2 mois (le 10 décembre), au cours d'une cérémonie très officielle, les lauréats recevront leur prix (10 millions de couronnes suédoises, soit 1 113 044 euros). Cette somme sera partagée dans le cas où plusieurs personnes sont lauréates pour le prix, comme c'est le cas cette année pour tous les prix "scientifiques".
De 150 000 couronnes en 1901, la somme est passée à 500 000 en 1974 pour atteindre 1 million en 1981 et être décuplée (to increase tenfold) en 2001!
Ils recevront aussi un diplôme, qui est une véritable oeuvre d'art et une pièce unique! Son design change chaque année mais le texte, en suédois et en norvégien, reste immuable (unchanging). Ce diplôme, en parchemin (n.m. the parchment), est placé dans une couverture (n.f. the cover) en cuir (n.m. the leather) (de couleur différente selon les prix) qui porte les monogrammes des lauréats gravés (v.gr.1 to engrave) en lettres d'or (n.m. the gold).
Et pour accompagner ce diplôme, il y a aussi une médaille. Jusqu'en 1980, les médailles "suédoises" pesaient chacune environ 200g, mesuraient 66 mm de diamètre et étaient en or 23 carats. Depuis, elles sont en or gris 18 carats plaqué or jaune 24 carats. Le nom des lauréats est gravé sur l'envers (n.m. the reverse). Mais pour la médaille "norvégienne", celle de la Paix, et pour la médaille de l'Economie, le nom est gravé sur la tranche (n.f. the edge) de la médaille et est plus difficile à lire!
Cela a donné lieu en 1975 à un incident : les médailles des lauréats (Leonid Kantorovich, russe, et Tjalling Koopmans, américain) ont été mélangées (v.gr.1 to mix up) à Stockholm et chacun est reparti dans son pays avec la médaille de l'autre! Comme cela se passait à l'époque de la Guerre Froide, il a fallu 4 ans (it took 4 years) d'efforts diplomatiques pour que les médailles soient restituées à leur vrai propriétaire!

Mais la cérémonie ne se terminera pas sans un banquet où la note française se retrouvera dans les menus, même si, à l'heure actuelle on a tendance à y inclure une spécialité scandinave en l'honneur des généreux bienfaiteurs. Le menu est gardé secret jsuqu'à la dernière minute, et nous pouvons être sûrs que les 1300 heureux invités se régaleront encore cette année!

*la "nouvelle", en français, est une "short novel" en anglais
the "novel" en anglais est le "roman" en français

 

ENEFF 2003