Art. 84 (28 avril 2007)

Vous êtes ici dans le NIVEAU 1 (Débutants)

VOTE ELECTRONIQUE : une expérience pas très convaincante

A l'occasion du Premier tour des Présidentielles, 1,5 million de Français testent le vote électronique. Une catastrophe selon certains!

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. Le 22 avril dernier, 1,5 million d'électeurs, sur 44,5 millions d'inscrits, répartis sur 82 communes de France, ont eu le privilège d'inaugurer un nouveau système de vote : le vote électronique. Ce système devrait permettre de réduire l'abstention, d'effectuer plus rapidement le décompte des voix et aussi d'économiser le papier des bulletins de vote.

2. Les premières réactions ne sont pas vraiment positives. Une seule machine à voter était installée dans chaque bureau de vote et très rapidement des embouteillages se sont créés. L'attente pouvait parfois atteindre deux heures et certains électeurs, fatigués, énervés ou juste pressés, sont rentrés chez eux sans voter.
Il faut dire que cette année, exceptionnellement, la participation a été très forte (84%).
On reproche aussi aux organisateurs du vote électronique de ne pas avoir mieux informé les votants sur le processus à suivre. Les personnes âgées ont parfois dû demander de l'aide pour pouvoir entrer leur choix!
Il n'est pas du tout sûr que les communes concernées renouvellent l'expérience au deuxième tour!

3. Parmi les pays "pour" le vote électronique, citons l'Estonie, petit pays fortement informatisé, et la Suisse, qui tous deux ont décidé de maintenir cette formule de vote. Mais ils n'ont pas fait leur essai sur une élection aussi importante qu'une Présidentielle!
D'autres pays, comme les Etats-Unis où, on s'en souvient, des problèmes étaient apparus au moment de l'élection de G.W.Bush, et la Grande-Bretagne, ont pris la décision d'abandonner ce type de vote.
L'Espagne, qui a fait l'expérience pour le referendum sur le traité pour la Constitution européenne, hésite.

4. L’ensemble des pays qui ont mis fin à leurs expérimentations de vote via internet souhaitent se relancer dans l'expérience dès que les technologies permettront d’organiser d’une manière totalement sécurisée la transparence des opérations.
Mais on aura besoin d'être vraiment certain qu'aucune fraude n'est possible! C'est vraiment là la grande crainte de l'électorat!
Il faudra sans doute encore attendre un peu pour pouvoir voter tranquillement à partir de son domicile en prenant son café et ses croissants. Certains nostalgiques des dimanches électoraux regretteront sans doute les isoloirs et les assesseurs qui annoncent les nom et prénom des votants et confirment l'introduction du bulletin dans l'urne par un "a voté!" clair et sonore!

ENEFF 2007