Art. 81 (29 janvier 2007)

Vous êtes ici dans le NIVEAU 1 (Débutants)

SDF : après les tentes de l'Abbé Pierre et celles des Enfants de Don Quichotte y a-t-il place pour l'espoir?

Depuis l'appel de l'Abbé Pierre en 1954, le problème des Sans Domicile Fixe a peu changé.

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. Le 22 janvier 2007, la disparition de l'Abbé Pierre, fondateur des Compagnons d'Emmaüs, a laissé un grand vide (voir notre article sur L'Abbé Pierre : N° 027 dans les Articles archivés) surtout parmi les SDF et les bénévoles des actions sociales.
Le terme "Sans Domicile Fixe " (SDF) désigne une personne sans domicile qui dort dans la rue ou dans des foyers d'accueil.
Ceux qui peuvent être hébergés par de la famille ou des amis, ou qui ont un domicile "mobile", comme les gens du voyage ne sont pas compris dans la catégorie des SDF.
Ce sont donc des personnes pauvres souvent obligées de mendier (on dit aussi "faire la manche") pour pouvoir se nourrir. Mais pas nécessairement des personnes sans emploi! On voit maintenant apparaître une catégorie de "nouveaux pauvres" : des gens qui travaillent mais ne sont pas assez payés pour pouvoir payer un loyer souvent exorbitant.

2. Après la guerre 1940-1945, on a pensé que la formidable croissance économique permettrait d'éradiquer la pauvreté. Mais avec la crise économique des années '80, le problème de la grande précarité est réapparu : difficulté de trouver un emploi et aussi salaires très bas et pénurie de logements. Il faut y ajouter des divorces, des problèmes d'alcool et de drogue.

3. Combien la France compte-t-elle de SDF? Les SDF souvent se cachent pour se protéger contre les intempéries ou par pudeur, et il est extrêmement difficile de les recenser!
Un comptage effectué en 2004 par l'INSEE a donné un chiffre de 86 000 SDF.
Lorsque les températures sont négatives le jour et comprises entre -5°C et -10°C la nuit, on ouvre des lieux d'hébergement supplémentaires pour les personnes qui refusent de se mettre à l'abri. Selon certains SDF, les problèmes de violence -nombreux déjà dans la rue- sont encore plus aigus dans les foyers. En outre, souvent les chiens n'y sont pas admis et les couples sont séparés. Il est parfois très difficile de les convaincre qu'ils doivent se mettre à l'abri du froid!

4. On pense souvent que le froid est la principale cause de mortalité parmi les sans-abri. Mais ce n'est pas vrai. Ainsi, en 2005, le froid a tué cinq personnes sur les 112 morts recensés. Ces personnes avaient en moyenne 49 ans, alors que l'espérance de vie est de 77 ans pour les hommes et de 84 ans pour les femmes. Le plus jeune avait 31 ans et la moitié avaient moins de 50 ans. Dans la plupart des cas, les SDF meurent de malnutrition et de maladies liées à la consommation de tabac, d'alcool et de drogue.

5. Pour lutter contre le problème des SDF, il faut leur garantir un toit. C'est l'objectif de la "loi sur le droit opposable au logement" adoptée début 2007 par le Conseil des ministres, loi qui porterait le nom du fondateur des Compagnons d'Emmaüs: Loi Abbé Pierre.

Très bien! Mais il y a beaucoup d'actions à entreprendre : créer des emplois bien rémunérés et à durée indéterminée, diminuer le prix des loyers, développer la construction de logements sociaux et imposer davantage les très riches. La mort de l'Abbé Pierre parviendra-t-elle à relancer le mouvement de solidarité?

ENEFF 2007