Art.80 (11 décembre 2006)


Vous êtes ici dans le NIVEAU 1 (Débutants)

Les VOITURES PROPRES

Avec la diminution des réserves pétrolières et les problèmes de pollution de la planète, des solutions pour des véhicules propres s'imposent

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. La croissance économique a entraîné une augmentation spectaculaire du nombre de véhicules privés - dans les nouveaux Etats-membres de l'Union européenne ou encore en Chine et en Inde par exemple.
On se préoccupe donc de plus en plus de l'impact du trafic automobile sur l'environnement (congestion des grands axes routiers et des villes, pollution atmosphérique, maladies provoquées par l'exposition à la circulation et problèmes de bruit).
Ainsi par exemple, dans l'Union européenne, les voitures particulières utilisées en milieu urbain sont responsables de près de 40% des émissions de CO2 produites par le secteur des transports. Ces émissions de CO2 contribuent au phénomène  de réchauffement climatique.
L'objectif de l'UE - en 2010 au plus tard - est d'atteindre un chiffre moyen de 120g d'émission de CO2/km pour chaque véhicule particulier commercialisé dans l'Union.
Rappelons que les moteurs actuels : diesel et essence, ont tous deux leurs défauts et leurs avantages. Les motorisations diesel émettent moins de CO2, mais elles diffusent dans l'atmosphère une plus grande quantité de particules cancérigènes

2. Quelles sont les solutions envisagées par les constructeurs pour remplacer les moteurs actuels? Les voitures électriques par exemple. Elles ne sont pas une invention si récente que cela! En effet, lors de la première Course américaine de véhicules motorisés en 1896, deux des sept véhicules présents étaient des voitures électriques. De plus, ces deux voitures sont arrivées en première et deuxième place! Elles ont l'avantage d'être silencieuses, mais le problème est la recharge sur des bornes et le poids de la batterie.

3. Une partie des autobus urbains fonctionnent maintenant aux biocarburants (colza) ou au gaz naturel. Mais pour les véhicules particuliers, on préférera d'autres technologies comme l'hydrogène et les piles à combustible. Malheureusement, les moteurs à piles à combustibles ne sont pas encore tout à fait au point. Pour le moment, les technologies hybrides peuvent associer des moteurs classiques à des piles à combustible ou à électricité. Lorsque la batterie se décharge, l'essence prend le relais évitant ainsi l'installation de bornes électriques.

4. Alors pour inciter les Français à s’équiper en voitures propres, l'Etat débloque des crédits exceptionnels pour encourager la recherche et le développement des voitures de demain, et propose des réductions fiscales à ceux qui achètent une voiture électrique, au gaz de pétrole liquéfié (GPL), au gaz naturel pour véhicules (GNV) et hybrides.

5. D'un autre côté on assiste à un véritable engouement pour les véhicules tout-terrain (4x4).
Ces véhicules consomment souvent plus de 15 litres de carburant aux 100 km et sont donc très polluants. Dans certains pays, les taxes sur ces véhicules sont plus élevées ou encore les places de parking coûtent plus cher que pour une petite voiture. Mais l'Etat français n'a pas encore décidé de prendre les mesures nécessaires pour réduire le nombre de ces véhicules sur nos routes!

ENEFF 2006