Art. 79 (06 novrmbre 2006)


Vous êtes ici dans le NIVEAU 1 (Débutants)

ANTIBIOTIQUES : les bactéries font de la résistance

Avec le retour des grands froids la demande d'antibiotiques reprend, mais sont-ils toujours efficaces?

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. L'hiver revient et avec lui les grippes, angines, otites, bronchites et autres maladies de saison.
En France, avec cent millions de prescriptions d'antibiotiques par an, nous nous trouvons au premier rang des consommateurs européens. Or, au moins 30% des antibiotiques sont prescrits pour des maladies virales où les antibiotiques sont inefficaces.

2. Découverte par le médecin écossais Alexander Fleming en 1928 et mise sur le marché en 1941, la pénicilline a sauvé beaucoup de malades atteints de septicémie autrement incurable, et les découvertes se sont multipliées pour en arriver dans les années '50 à couvrir la presque totalité des familles d'antibiotiques actuelles (streptomycines, céphalosporines, tétracyclines, etc.).

3. Mais les premières souches de bactéries résistantes sont apparues en même temps que les premières utilisations d'antibiotiques aux Etats-Unis.
A l'heure actuelle, 52 millions de personnes dans le monde seraient porteuses de staphylocoques résistants aux antibiotiques. Un tiers développeront une septicémie.
Les laboratoires pharmaceutiques contre-attaquent et viennent de lancer le premier d'une nouvelle classe d'antibiotiques à large spectre (qui peut tuer différents types de bactéries) : le Tygacil. Il n'est pourtant pas certain que les bactéries ne développeront pas immédiatement une résistance!

4. Nous avons dans notre corps plus de bactéries que de nos propres cellules. L'antibiotique agit spécifiquement contre les bactéries vivantes, sans toxicité pour les autres cellules du corps. Il élimine les bactéries les plus sensibles, mais cette sélection a permis aux bactéries plus résistantes de se multiplier! En outre, les bactéries non-résistantes sont capables de développer leur résistance en captant des gènes de résistance en provenance d'autres bactéries. Elles peuvent même accumuler jusqu'à dix gènes de résistance différents. Ce sont les fameuses souches multi-résistantes.

5. En limitant notre consommation d'antibiotiques nous arriverons peut-être à limiter le développement de la résistance des bactéries.
Si on diagnostique mieux l'origine microbienne de certaines maladies et qu'on ne prescrit pas aveuglément des antibiotiques, on sera déjà sur la bonne voie. Sans mesure de ce type, des maladies guérissables comme l'angine, l'otite ou la tuberculose (qui fait 2 millions de morts par an) seront à nouveau incurables d'ici à vingt ans.

ENEFF 2006