Art. 58 (31 juillet 2005)


Vous êtes ici dans le NIVEAU 1 (Débutants)

LOW COST ATTITUDE

C'est l'époque des soldes, mais à tout moment de l'année, la recherche du plus bas prix frappe tous les secteurs de l'économie.

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. Deux fois par an, les soldes attirent la foule des clientes et des clients (les hommes aiment acheter leurs vêtements en solde!) qui se précipitent dès l'ouverture des magasins pour faire de bonnes affaires. Ils espèrent trouver l'article qu'ils ont repéré un peu plus tôt et bénéficier d'une réduction intéressante.

2. Mais cette recherche de prix cassés ne concerne pas seulement les vêtements. Cette Low Cost Attitude est apparue d'abord dans le secteur du tourisme avec les compagnies aériennes à prix bas comme Ryanair et les sites de vente en ligne pour des voyages de dernière minute. Ces offres promotionnelles sont possibles parce que les compagnies préfèrent vendre une place plutôt que de la laisser vide. Comme elles facturent tous les services annexes, elles espèrent récupérer un peu d'argent sur les repas, la voiture de location ou les excursions que le client achètera.
Pour profiter de ces offres, vous devez bien sûr être prêt à partir n'importe où, n'importe quand et avoir tous vos papiers et vaccins en règle si vous quittez l'Europe.
En France, l'an dernier, 10 millions de touristes ont préparé leur voyage sur Internet et 10 % l'ont acheté en ligne. On pense que ce pourcentage de tourisme en ligne pourrait augmenter de 10% par an dans les années à venir.

3. Cette course au prix le plus bas s'étend maintenant à d'autres secteurs de l'économie : meubles à monter soi-même, services bancaires en ligne, voiture conçue pour les pays émergents (la Logan de Renault par exemple), et vendue en Europe, hypermarchés Hard discount, téléphones et textile bien sûr. Partout on vous propose de bonnes affaires, mais le service disparaît et la qualité n'est pas toujours au rendez-vous.
Car pour arriver à réduire les prix, les entreprises sont obligées de facturer tous les services supplémentaires, de réduire les stocks et le personnel, de faire fabriquer les produits dans des pays Low Cost (où la main d'oeuvre reste encore bon marché). Certains pratiquent même le Low Cost pour l'embauche comme on l'a vu en Allemagne où des entreprises ont embauché le candidat qui demandait le salaire le moins élevé!

4. Plus personne n'accepte de payer plus cher que le voisin pour le même type de produit. On assiste donc à une recherche permanente des prix cassés, dans tous les domaines. Des articles qui étaient considérés comme des produits de luxe, comme le saumon, le foie gras ou le champagne, sont maintenant sur le marché à des prix très bas, tout au long de l'année.
Alors, les consommateurs vont-ils nécessairement vers le bon marché à tout prix?
Pas totalement. Ils essaient de faire leurs courses pour les produits de consommation courante dans les magasins qui leur proposent les meilleurs prix, mais pour les articles qui touchent à leur image, ils iront vers de grandes marques qui restent malgré tout une garantie de qualité et un signe de "chic" pour certains.
C'est vers ce créneau que les entreprises qui ne peuvent lutter avec les compagnies Low Cost vont se diriger pour reprendre des parts de marché. Pour cela, elles offriront des services de plus en plus difficiles à trouver, ou des produits de luxe.

ENEFF 2005