Art. 57 (14 juillet 2005)


Vous êtes ici dans le NIVEAU 2 (Intermédiaires)

LE SOLEIL ET SES RISQUES

L'été bat son plein et le soleil -à condition qu'il soit au rendez-vous- est bien tentant. N'oublions pas, toutefois, qu'une exposition mal gérée comporte des dangers qui peuvent aller jusqu'au cancer.

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. Les vacances scolaires viennent de commencer en France et, déjà, tout le monde se précipite pour profiter au maximum du soleil. Sur les plages ensoleillées, les vacanciers sont étendus au soleil, certains trop paresseux ou trop négligents pour mettre de la crème solaire, d'autres ignorant qu'une protection solaire à indice élevé (au moins 25) est non seulement nécessaire, mais aussi qu'elle doit être renouvelée au cours de la journée. Surtout si vous allez vous baigner. C'est particulièrement important de protéger les enfants que les parents ont parfois tendance à laisser jouer nus "pour qu'ils bronzent de partout"!

2. Bien sûr, quelques minutes d'exposition au soleil chaque jour permettent à notre organisme de fabriquer de la vitamine D et par conséquent de fixer le calcium nécessaire pour les os. Mais les dangers d'une exposition excessive ne sont pas négligeables. Les responsables sont les rayons ultraviolets A et B (UVA et UVB). Les UVC, eux, sont filtrés par la couche d'ozone qui entoure la Terre. Si vous restez trop longtemps au soleil, particulièrement aux heures les plus chaudes : entre 12h et 16h (n'oubliez pas qu'avec l'heure d'été et la différence avec l'heure GMT le soleil est au zénith à 14h heure française) vous risquez un sérieux coup de soleil, c'est-à-dire une brûlure qui peut être sévère et entraîner une insolation (maux de tête, fièvre). A plus long terme, c'est un mélanome qui vous guette : une tumeur maligne cutanée. Ne minimisez pas les risques du soleil à la montagne! Les UV y sont particulièrement méchants, surtout si vous faites des randonnées sur les glaciers.

3. Les personnes à la peau et aux yeux clairs, les moins jeunes ou les bébés et les enfants en bas âge, les individus qui ont de nombreux grains de beauté et bien sûr ceux qui, dans leur famille, comptent des cas de cancer de la peau, sont les plus en danger. Il est donc impératif qu'ils prennent toutes les précautions pour éviter que le soleil au lieu d'un plaisir ne devienne une source de problèmes. Ils doivent porter lunettes et chapeau et un tee shirt sur leur maillot lorsqu'ils jouent sur la plage. Les séances de "bronzette" ne doivent pas dépasser une demi-heure et les crèmes bronzantes doivent être suffisamment protectrices et être renouvelées plusieurs fois au cours de la journée. Il ne faut pas non plus oublier de boire et de se mettre à l'ombre. Les parasols ne protègent pas bien du soleil. Ils ont même parfois tendance à concentrer la chaleur comme sous une "cloche". Si possible, cherchez le feuillage des arbres! Vous verrez que l'air y circule mieux et vous rafraîchit davantage.

4. Il est maintenant reconnu que les surexpositions solaires dans l'enfance sont souvent à l'origine de mélanomes qui se transforment en cancers. Le mélanome est une des tumeurs qui a le plus augmenté au cours des vingt dernières années.
En vue de sensibiliser les individus le plus tôt possible aux dangers d'une exposition au soleil à forte dose, des programmes scolaires intègrent une formation pour les enfants sur les effets du soleil sur la santé, ses dangers et les mesures à prendre pour les éviter. En effet, si rien n'est fait, un enfant sur quatre qui naît aujourd'hui aura un mélanome à l'âge adulte.
Si le diagnostic est fait suffisamment tôt, le mélanome malin est le cancer le plus bénin qui existe. Il peut être enlevé par un dermatologue à son cabinet et il ne laissera qu'une petite cicatrice. Par contre, s'il est détecté trop tard, il devient le cancer le plus agressif qui soit. Cette petite tumeur de 4 mm d'épaisseur tue 50% des malades dans les dix ans qui suivent le diagnostic.
En vingt ans dans notre pays, l'apparition de mélanomes a été multipliée par quatre chez les hommes et par trois chez les femmes. La mortalité a doublé chez l'homme comme chez la femme. Chaque année plus de 7 000 cas sont découverts et près de 1 500 personnes en meurent.

5. Les adultes sont de plus en plus convaincus des dangers du soleil, mais ils ne sont pas toujours conscients de l'extrême vulnérabilité de la peau de leurs bambins. Il n'est pas rare que les parents passent chaque jour de leurs vacances plus de quatre heures sur une plage en plein soleil. Il est donc important de leur rappeler certaines précautions à prendre absolument. Ne jamais exposer au soleil des nourrissons de moins de 12 mois. Obliger les enfants à porter des lunettes de soleil avec un filtre anti UV et des montures enveloppantes, ainsi qu'un vêtement couvrant pour filtrer les rayons du soleil. Limiter les expositions au soleil. Veiller à ce que les enfants soient protégés sur toutes les parties dénudées (attention à la nuque, aux oreilles et aux tempes!) par une crème à indice élevé et la renouveler toutes les deux heures et après chaque baignade (même s'ils protestent!).

6. La prévention secondaire, le dépistage précoce des mélanomes, n'est pas non plus à négliger, surtout pour les personnes à risque : peau claire, cheveux blonds, yeux gris ou bleus, antécédents familiaux. Il est important de bien surveiller les grains de beauté et de consulter un dermatologue dans les plus brefs délais si on constate des irrégularités dans ces grains de beauté : forme asymétrique, bords irréguliers, couleur non homogène, diamètre supérieur à 6 mm, rugosité. Et si quelqu'un dans votre famille a été victime d'un cancer de la peau, toute la famille doit se faire examiner chaque année. Mieux vaut prévenir que guérir!

7. Maintenant que vous savez tout sur les dangers du soleil, prenez vos précautions et profitez bien de vos vacances! Toutefois, pensez aussi aux autres risques, de l'été cette fois. Les noyades : l'eau est bien tentante quand il fait chaud et les enfants échappent vite à la surveillance des adultes, mais les adultes eux-mêmes, s'ils plongent alors qu'ils viennent de faire un repas copieux ou qu'ils se sont longtemps exposés au soleil, risquent une hydrocution. En 2004, 368 personnes se sont noyées en France.
Et si vous passez vos vacances sous les tropiques, attention aux maladies spécifiques de ces contrées : le paludisme par exemple. Il concerne actuellement environ 6000 personnes en France. Souvent il a été ramené "dans les valises" de vacanciers qui ont négligé de prendre un traitement de prévention.
Pour voyager dans certaines régions (notamment en Asie et en Afrique) vous devrez vous faire vacciner (typhoïde, fièvre jaune, hépatite A, méningite, encéphalite, choléra....).
Mais soyez rassurés, ces maladies n'apparaissent pas sur le territoire français! Et si nous avons vu que le soleil comporte des risques, si vous le prenez avec modération il est excellent non seulement pour le squelette mais aussi pour le moral! Alors..... bon été!

ENEFF 2005