Art.41 (07novembre 2004)

LA TERRE SE RECHAUFFE

L'été 2004 nous avait fait craindre une nouvelle canicule. Elle n'a heureusement pas eu lieu, mais le problème du réchauffement de la Terre reste d'actualité. Voici quelques solutions, parfois farfelues, proposées pour y remédier.

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. Les experts sont formels (adamant), le réchauffement de la Terre est plus rapide que prévu! Il aurait déjà atteint le niveau attendu (to expect) pour le XXIème siècle.
Selon une étude, le réchauffement actuel pourrait se produire 100 fois plus vite qu'à la fin de la dernière période glaciaire (glacial) et provoquer au cours du siècle une hausse sans précédent des températures à un rythme de 0,2 à 0,5 degré Celsius par décennie. D'ici 2025, la température moyenne du globe augmenterait donc de un degré par rapport à son niveau actuel et de trois degrés d'ici la fin du XXIe siècle. Ce réchauffement climatique aura des conséquences importantes sur l'environnement, la santé et l'économie.


2. Mais voyons d'abord quelles sont les causes de ce réchauffement planétaire.
En plus des variations de l'orbite de la Terre (nf earth) autour du Soleil, il pourrait être causé par des concentrations trop élevées de gaz à effet de serre (greenhouse effect) dans l'atmosphère, en particulier du dioxyde de carbone (CO2), du méthane (CH4) et des oxydes nitreux. Cette augmentation a coïncidé avec le début de la révolution industrielle et avec le bond (nm leap) de la population mondiale (600 millions de personnes au début du XVIIIe siècle contre plus de cinq milliards aujourd'hui).

3. Ce réchauffement a plusieurs conséquences. Une des plus importante est sans doute la fonte (nf thawing) des calottes glaciaires (nf icecap) polaires et alpines. À certains endroits, les glaciers du Groenland ont perdu (to lose) 10 mètres d'épaisseur (nf thickness). Le niveau des océans s'est élevé de 10 à 25 cm au cours des 100 dernières années. Des millions de gens qui vivent au niveau de la mer (ou presque (almost) ) se verraient forcés de s'installer ailleurs. D'une part, leurs foyers et leurs terres seraient inondés et d'autre part, l'infiltration d'eau de mer aurait pour effet de rendre les terres agricoles salines et donc stériles. On assisterait en outre à une diminution des réserves de poissons des eaux côtières et des océans.
Pour chaque augmentation de 1 degré Celsius, on peut s'attendre à une augmentation de 2 % des précipitations (nf rain) moyennes qui ne seraient cependant pas également réparties (to distribute): certaines régions deviendraient plus chaudes et plus humides alors que d'autres deviendraient plus chaudes et plus sèches.
On verrait une intensification du stress chez les habitants des zones urbaines qui n'ont pas les moyens de quitter (to leave) la ville et une dégradation de la qualité de l'air (à laquelle nous assistons déjà!)
Le nombre d'insectes porteurs (carrier) de maladies (nf disease) telles que la malaria, la dengue et plusieurs sortes d'encéphalites virales augmenterait également.

4. Alors que faire? Face à ce grave problème, les scientifiques essaient par tous les moyens de trouver des remèdes.
Certains proposent de tamiser (to filter) le rayonnement (nm radiation) solaire en obscurcissant (to darken) le ciel (nm sky) avec de la poussière (nf dust) d'aluminium et de soufre (nm sulphur) (un million de tonnes ferait chuter l'insolation terrestre de 1%, contrebalançant ainsi l'effet de serre). Folie? Peut-être pas. Après tout, les cendres (nf ash) du volcan Pinatubo (Philippines), dispersées sur des millions de kilomètres carrés avaient fait chuter la température terrestre de 0,4°C pendant quelques semaines! Mais les biochimistes rétorquent que ces particules de soufre et d'aluminium risqueraient de perturber gravement la stratosphère!


5. Un physicien américain suggère d'installer un miroir diaphane de 2000 km de diamètre, entre la Terre et le Soleil. En modifiant l'inclinaison (nf slant) de ce filtre géant afin de laisser passer plus ou moins le rayonnement solaire, on pourrait utiliser ce miroir comme une sorte de climatiseur terrestre.

6. Que pensez-vous de la proposition d'un autre scientifique américain : repeindre les nuages gris en blanc? Il pense que cette solution permettrait d'augmenter la réflexion des rayonnements solaires vers l'espace. Pour y parvenir, il faudrait pulvériser (to spray) des particules dans le nuage pour augmenter d'au moins 10% le nombre de micro-gouttelettes (droplet). Pour cela, on aurait besoin de répartir des centaines de turbines géantes sur tous les océans pour envoyer les gouttelettes d'eau salée vers le ciel!
Et toujours dans l'esprit du "blanc", d'autres scientifiques préconisent de repeindre en blanc tous les toits (nm roof) des habitations terrestres ou encore de jeter à la mer des milliards de balles de golf en polystyrène blanc.

7. Si certains projets sont tout bonnement (quite simply) abracadabrants (bewildering) , d'autres sont envisageables (conceivable) mais restent très chers (expensive) à réaliser. Par exemple on pourrait séquestrer le gaz carbonique dans les océans ou l'enfouir (to bury) profondément dans les couches géologiques comme les anciennes mines de charbon. Il y aurait de la place pour stocker 12 milliards de tonnes de CO2.
Certains chercheurs étudient un procédé pour immerger (to submerge) à 3000 m de profondeur (nf depth) dans les océans, par pression, du gaz carbonique préalablement (beforehand) liquéfié.
Toujours dans les océans, on pourrait jeter du fer dans la mer pour stimuler l'activité photosynthétique du plancton qui piège (to trap) le CO2. Mais l'extraction et le transport du fer consommeraient beaucoup trop de combustible fossile!

Alors qu'attend-on pour réduire sérieusement l'émission de gaz toxiques? Les industriels sont lents à prendre les mesures qui pourtant s'imposent (to be necessary), mais vous, êtes-vous prêt à abandonner, même seulement de temps en temps, votre voiture pour assurer un air plus sain?


....... Mais peut-être avez-vous une idée de génie?

 

ENEFF 2003

EXERCICES
VOCABULAIRE
Autres ARTICLES