Art.38 (08 septembre 2004)

JO : LE RETOUR DES SEIGNEURS DES ANNEAUX

Après le tourbillon (nm whirl) de deux semaines de compétitions sportives acharnées (relentless), les athlètes ont repris le chemin de leur pays, certains avec une médaille (nf medal) et le sourire (nm smile), d'autres les mains vides et le regard (nm look) triste.

Ecoutez/Listen Click here and listen

1. Les dernières notes du concert de clôture se sont envolées (vpr gr1 to blow away) dans le ciel où flottent encore les odeurs (nf smell) des feux d'artifices qui ont marqué la fin des 28èmes jeux olympiques. Athènes se réveille dans le silence, après l'agitation des derniers mois où tout s'est accéléré pour que les équipements sportifs et hôteliers ainsi que les transports destinés à accueillir les participants et les visiteurs soient prêts à temps.
Le monde respire! Les attentats (nm attack) que l'on redoutait n'ont pas eu lieu! Toutes les épreuves (nf event) se sont déroulées (vpr gr1 to take place) sans heurt (nm clash), si l'on excepte les problèmes de dopage (nm drug taking), relativement peu nombreux compte tenu (considering) du nombre de disciplines représentées!
Les athlètes sont maintenant rentrés chez eux. Pour certains, le comité d'accueil était à l'aéroport pour fêter leur médaille : 1130 médailles d'or, 1130 d'argent et 1150 de bronze ont été remises.
Pour d'autres, l'échec (nm defeat) était dur à supporter, surtout pour ceux qui sont maintenant trop âgés pour espérer faire mieux aux prochains JO à Pékin en 2008.

2. Nés dans la Grèce antique, les Jeux Olympiques réunissent tous les quatre ans depuis 1896, des sportifs du monde entier. A l'origine (884 av. J.C.) organisés à Olympie en l'honneur du dieu Zeus, ils ne comptaient que quelques épreuves : course à pied (nf running), pentathlon, lancer (nm throw) du disque et du javelot (nm javelin), course de chars tirés par deux ou quatre chevaux, lutte, et étaient réservés aux hommes et uniquement accessibles aux citoyens grecs.
Ils se déroulaient sur cinq jours, et comportaient des sacrifices religieux ou d'autres manifestations de culte. Les femmes ne pouvaient ni y assister (vi gr1 to attend), ni y participer, mais elles avaient elles aussi leurs rencontres sportives : les Eraïades, en l'honneur de la déesse Era.
Les vainqueurs (nm winner) ne recevaient aucun cadeau, même pas une médaille, juste une simple couronne (nf crown) de laurier (nm laurel) ou d'olivier (nm olive tree). Mais en revanche, ils étaient respectés comme des héros et étaient nourris et vêtus gratuitement jusqu'à leur mort! Contrairement à l'esprit de Pierre de Coubertin "l'important, c'est de participer", dans l'Antiquité, l'important était de vaincre (vt gr3 to win). Il n'y avait d'ailleurs qu'un seul vainqueur. Donc, pas question de podium avec trois médaillés!

3. Le rassemblement (nm gathering) d'Olympie dure plus de mille ans et perd progressivement son caractère religieux.
A la fin du XIXème siècle, sous l'impulsion des Britanniques, les fédérations sportives nationales s'organisent dans les différentes disciplines fondamentales. Le Français Pierre de Fredi, baron de Coubertin lance alors l'idée de la rénovation des Jeux Olympiques et crée le Comité International Olympique. Les premiers jeux de l'ère nouvelle reprennnent à Athènes en 1896 et sont réservés aux sportifs amateurs. Treize nations représentées par 311 athlètes s'affrontent (vpr gr1 to meet) dans les stades de la capitale grecque.
En 1914, aux JO d'Anvers (Belgique), pour la première fois les athlètes prêtent le serment (nm oath) olympique et le drapeau aux cinq anneaux (nm ring) (bleu, jaune, noir, vert et rouge) enlacés (vt gr1 to intertwine) sur fond (nm background) blanc, symbolisant les cinq continents est présenté sous sa forme actuelle.
En 1936, à Berlin, on inaugure la tradition de la flamme olympique portée par des relayeurs (nm relay runner) depuis le site d'Olympie.

4. En 1996, les JO de l'ère moderne célèbrent leur centenaire. Pierre de Coubertin avait voulu qu'ils soient réservés aux seuls amateurs, mais le nouveau président du CIO, Juan Antonio Samaranch souhaite adapter les réglements du Comité Olympique à l'évolution du monde moderne et autorise la participation des sportifs professionnels.
Les jeux de Rome (1960), avec 5000 concurrents représentant 83 nations montrent l'importance de la retransmission des épreuves par la télévision, et du parrainage (nm sponsoring) commercial.
Les disciplines se multiplient (28 aux JO d'été de 2004, auxquelles s'ajoutent les 8 disciplines des JO d'hiver).
Le nombre de pays et de sportifs aussi augmente : 11099 athlètes venant de 202 pays ont répondu "présent" à Athènes.
Et cette fois, les femmes aussi sont de la fête! Pas seulement dans les gradins (nm tier of seats), parmi les spectateurs! Pour la première fois depuis la création des Jeux, une femme est apparue sur le stade d'Olympie (lancer du marteau (nm hammer) ). Et pour la première fois aussi, la flamme a parcouru les cinq continents!


5. Avec quatre milliards de téléspectateurs pour les JO d'Athènes, l'enjeu commercial de ce type d'événement est de taille et le Comité Olympique qui désigne la prochaine ville organisatrice six ans à l'avance pour permettre la réalisation des travaux gigantesques que les JO impliquent, a un rôle important à jouer. Les luttes pour la sélection sont acharnées, même si les retombées économiques (nf repercussion) ne sont pas toujours clairement au bénéfice de la population du pays d'accueil, comme c'est le cas pour les habitants de Sidney (JO 2000) qui continuent à payer de lourds impôts levés pour financer les jeux.
Dans le cas d'Athènes, l'addition (nf bill) (plus de 10 milliards d'euros, soit plus de 5% du PIB*) risque de ne pas être compensée par les ventes de tickets. En effet, deux semaines avant l'ouverture environ 3,1 millions de tickets sur les 5,1 millions mis en vente restaient invendus et il semble que les Grecs ont boudé (vt gr1 to refuse to have anything to do with sth) leurs jeux.
En outre, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, le coût de la sécurité a dû être revu à la hausse (estimé à plus d'un milliard d'euros).
Si certaines constructions seront rentabilisées : routes, aéroport, pont (nm bridge) sur l'isthme de Corinthe (construit par la France), métro, amélioration du réseau électrique... d'autres comme les vastes équipements sportifs devront accueillir de nouvelles manifestations au niveau mondial pour ne pas générer des pertes.

Alors, en prévision (nf anticipation) de toutes ces dépenses à l'horizon 2008, la Chine a déjà budgeté plus de 20 milliards d'euros pour les jeux de Pékin (sept fois plus que le budget de Sidney).
Espérons que ce sera suffisant et que le peuple chinois ne paiera pas pendant des décennies, le prix de la gloire d'accueillir le plus grand rassemblement sportif mondial!

*PIB = Produit Intérieur Brut (Gross Domestic Product = GDP)

ENEFF 2003

EXERCICES
VOCABULAIRE
Autres ARTICLES